« La GPA, c’est avant tout l’aveu de ce que l’on ne peut pas faire naturellement »

A l’aune du récent témoignage d’une mère porteuse américaine racontant son calvaire, rencontre avec un père de famille, de l’autre côté du miroir, pour décrypter les différentes étapes de la Gestation Pour Autrui (GPA). 

 

Ambiance feutrée. A l’arrière d’un café parisien, lumières tamisées, et atmosphère douillette d’un dimanche soir, Stéphane* est déjà là. Une fois les premières politesses passées, il lâche précipitamment « Ce sera anonyme hein ? Vous êtes sûrs ? ». Première minute, première vérité : la GPA n’est pas un sujet si aisé à aborder. 

Un choix alternatif

Stéphane a un parcours atypique. En 2013, à l’âge de 52 ans, déjà père de deux grands enfants nés par voie naturelle, il se résout avec sa nouvelle compagne à recourir à un processus de GPA afin d’agrandir sa famille. Las de longues années infructueuses à tenter de concevoir un bébé, ce procédé s’est imposé à eux « comme une évidence ». En effet, l’épouse de Stéphane est stérile et ne supporte pas les fécondations in vitro à répétition, et ce, malgré l’aide médicale, par des biais médicamenteux principalement. Il s’agit donc pour eux de combiner GPA et PMA. Toutefois, l’article se concentrera sur le processus gestatif. 

POINT MEDICAL : La procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation est proposée aux couples rencontrant des problèmes d’infertilité. Cela comprend : le don de gamètes ou d’embryon, la stimulation ovarienne pour provoquer l’ovulation, l’insémination artificielle et la fécondation in vitro La Fécondation in Vitro est une technique de laboratoire qui permet de féconder un ovule avec un spermatozoïde en dehors de l’utérus.

Loin du portrait des familles monoparentales ou homosexuelles, Stéphane dévoile un autre aspect de la gestation pour autrui. En sus, le couple s’est arrêté sur les États-Unis pour mener leur projet, dans un de ces Etats de la côte Ouest autorisant le procédé (Stéphane refusera de donner plus de détails sur le lieu précis). Entre la prise de décision et le début de la grossesse, une année et demi s’est écoulée.  Ce temps a été celui des renseignements, des rencontres de prestataires de confiance et de la signature de contrats. 

Business d’amour

Faire un bébé suivrait les mêmes étapes que boucler un business. La remarque surprend Stéphane. Celui-ci apparaît alors empreint de naïveté, et confie avec tendresse que cela a toujours été pour lui qu’une affaire d’amour. Ce nouveau-né, il en a rêvé, pleuré, ri. « La GPA, c’est avant tout l’aveu de ce que l’on ne peut pas faire naturellement » : Stéphane ne pouvait exaucer ses souhaits de nouvelle paternité sans ce procédé. De plus, il confie également « ne pas avoir eu l’impression d’instrumentaliser la misère d’une femme » puisque la mère porteuse choisie était issue de la classe moyenne supérieure. 

« Je n’ai jamais eu l’impression d’instrumentaliser la misère d’une femme »

Stéphane, père commanditaire

Quant à l’aspect pécunier, Stéphane et sa compagne ont payé une somme importante : comptez autour de 1 200 euros par mois pour la mère porteuse, auxquels s’ajoutent la prise en charge de l’ensemble des frais médicaux. 

Finalement, reste l’après : comment gérer le retour en France du bébé, entre opinion publique et régularisation aux frontières de la légalité ? Stéphane affirme que leur choix a été communément accepté par leur entourage, même s’il reconnaît volontiers « ne pas le placarder ». C’est la raison pour laquelle il a préféré tout au long de son discours, laisser planer des zones d’ombre sur certains détails de son parcours. Enfin, sur les questions administratives, il reconnaît que c’est là encore un combat, « loin d’être insurmontable » néanmoins. Charles*, enfant de la médecine, fêtera ainsi ses 5 ans en février prochain et Stéphane tient absolument à ce que son « bébé-éprouvette » connaisse son histoire. 

* Noms modifiés afin de conserver l’anonymat de l’interviewé et de l’enfant. 

MAUD KENIGSWALD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s