«Matthias et Maxime» : le récit d’un amour interdit

Xavier Dolan, le réalisateur Québécois phare, réalise ici son huitième court-métrage, sélectionné au festival de Cannes. Dans les salles obscures depuis le 16 octobre 2019, Matthias et Maxime est un film intimiste dans lequel il s’offre le premier rôle, entouré de ses plus proches amis. Xavier Dolan retrace l’itinéraire d’une amitié forte, alternant entre moments de complicité et sorties de route.

Entre Matthias et Maxime, c’est l’histoire d’une amitié de longue date, mais aussi d’imprévus. Au Québec, près d’un lac, une bande d’amis trentenaires se retrouve comme à son habitude dans un chalet reculé, avec alcool et jeux de société en toile de fond.  Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas), est un jeune carriériste à qui tout réussit, au travail comme dans son couple, alors que Maxime (Xavier Dolan), n’est qu’un simple barman, voulant fuir à tout prix sa vie pour rejoindre l’Australie. Malgré leur trajectoire de vie différente, ces amitiés de lycée durent, ponctuées par les soirées organisées chez Rivette (Pier-Luc Funk).

Mais, durant cette soirée idyllique, une ombre vient s’ajouter au tableau, qui prend la forme d’Erika, sœur de Rivette, archétype de l’instagrammeuse du XXIème siècle. Etudiante en cinéma, cette dernière doit réaliser un court métrage pour son école. Matthias et Maxime se retrouvent alors devant sa caméra, et quelque peu décontenancés par ses explications qui se résument à des « tu vois genre », ils doivent à leur grande surprise s’échanger un baiser. Alors que tous deux sont gênés, Maxime semble presque à l’aise.

D’un baiser innocent à un amour non assumé

Ce baiser échangé dans le cadre d’une scène factice va complètement bouleverser la vie de nos protagonistes, mais aussi celle de leur entourage. Maxime continue à mener sa vie compliquée, en oscillant entre les crises de nerfs de sa mère alcoolique (Anne Dorval, excellente dans son rôle) et les préparatifs avant son départ pour l’autre bout du monde. Xavier Dolan incarne en Maxime un jeune homme marqué par les difficultés de la vie, et comme une métaphore, marqué au visage par une tâche de vin rouge sang. Tandis qu’il est en couple depuis quelques années, Matthias semble quant à lui préoccupé par cet instant d’égarement, qui ne lui ressemble définitivement pas.

Des signes de trouble et de tension apparaissent entre les deux amis, qui n’en sont d’ailleurs plus, et qui s’évitent en toute autre circonstance. Matthias, lui d’habitude toujours sûr de lui, adroit dans ses gestes et dans ses mots, ne semble plus à l’aise avec les autres ni avec lui-même. Il s’efface de son cercle d’amis, tente de se faire oublier, en espérant ainsi gommer ce baiser de sa vie, et peut-être même cette partie de lui. Pour Maxime, l’effet est tout autre : tout semble le ramener à cette part de lui profondément ancrée.

« Je suis presque amoureux de mes amis. Mais sans aucun malaise, toxicité ou ambiguïté. »

Xavier Dolan, lors d’une interview

Chaque scène est l’occasion de découvrir plus intimement les personnages, leur histoire et leurs conflits internes. Les scènes au ralenti permettent de capter les regards fuyants des personnages, alors que les plans rapprochés saisissent leurs doutes et leurs émotions au plus près.  Xavier Dolan explore les thèmes de l’homosexualité et de son stigmate, du conflit entre générations et de l’âge crucial qu’est la trentaine, période qui entend mettre fin aux déboires de la jeunesse en instituant une vie plus normée. Le réalisateur questionne aussi, à la lumière automnale du Québec, les origines sociales et leur importance sur la trajectoire de vie des individus. A travers la lumière, la musique, et les effets de caméra, Dolan retrace la prise de conscience et la remise en question des deux personnages à un âge charnière.

Matthias et Maxime
© Shayne Laverdiere
Le rire comme outil de réflexion sur le monde

Le réalisateur nous fait rire, beaucoup, et même énormément. Cela surprend, et ravit. L’humour permet ainsi de rompre avec la monotonie de certaines scènes qui entraîne le spectateur vers ce qui semble être un scénario sans fin.

En entendant la chanson d’Amir à plein volume, les cinéphiles ne pourront retenir un sourire, de même qu’en écoutant Erika prononcer « genre » entre chaque mot. Mais entre chaque éclat de rire, on se questionne aussi de la même façon que les personnages, en remettant en question à la fois nos choix d’étude, de travail, de vie.

Matthias et Maxime est un film sur la jeunesse et sur le point charnière qu’est la trentaine. Tout le monde semble être un jour Maxime ou Matthias, s’interrogant sur le sens que l’on veut donner à notre vie. Xavier Dolan nous livre ici une ode à la tolérance et à l’affirmation de soi, dans un monde normé et peu enclin aux changements.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s