Les jeunes boudent-ils les sports d’hiver ?

Les jeunes désertent-ils les stations de sports d’hiver ? C’est ce que l’agence Pop Rock révélait dans une enquête publiée en 2018. Sur les quelques 12 000 jeunes de 15 à 25 ans interrogés, plus d’un sur deux déclarait ne jamais être allé au ski, ou alors qu’une seule fois durant son enfance. Une chute de la fréquentation à ne pas négliger pour les stations, qui doivent trouver de nouvelles idées pour rendre la montagne plus attractive auprès de cette tranche d’âge. Reportage dans une station savoyarde, qui tente de se réinventer pour plaire au plus grand nombre.

Selon le Comité régional du tourisme Auvergne-Rhône-Alpes, il y aurait 14 à 20 % moins de jeunes sur les pistes depuis 1995. Les galères de la montagne et les dépenses importantes qu’engendrent les sports d’hiver seraient en partie responsables de ce phénomène, mais, selon Baptiste Bernaert, community manager de la station Les Saisies en Savoie, les classes de neige le sont aussi : « Jusqu’en 1990, il y avait beaucoup de classes de neige. Les jeunes étaient initiés au ski très tôt grâce à ça et développaient un certain intérêt pour le ski. Lorsqu’ils devenaient adultes, ils avaient cette envie de retourner skier. Aujourd’hui, les classes de neige se font rares, et les 15 – 25 ans n’ont donc plus la même envie d’aller au ski. » L’apprentissage par le ski étant une accroche importante, les Français qui n’ont pas eu l’opportunité d’aller à la montagne en étant jeunes n’ont pas développé le même intérêt pour les sports d’hiver.

La station des Saisies (Savoie) – Photo : Elena GILLET

« Jusqu’en 1990, il y avait beaucoup de classes de neige. Aujourd’hui, [elles] se font rares, et les 15 – 25 ans n’ont donc plus la même envie d’aller au ski. »

Certaines stations françaises profitent d’une fidélisation forte, ce qui permet aux jeunes d’aller ou de retourner naturellement au ski, mais, lorsque ce n’est pas le cas, il faut innover pour attirer : « Même si la station des Saisies est plus tournée vers les familles et les très jeunes, nous sommes, comme toutes les autres stations, touchés par la baisse de fréquentation des jeunes. ». Certaines grosses stations décident de miser sur l’après-ski en mettant en place des festivals ou en promouvant les bars de nuit.

Mais il existe également des offres sur les forfaits de ski, disponibles en station ou via un organisateur : « Nous faisons des offres sur les forfaits pour les groupes et pour les étudiants. Nous avons également quelques partenariats au niveau local avec des universités de proximité comme à Lyon, Chambéry ou Grenoble par exemple. Certains organismes de voyage proposent également aux jeunes d’aller skier une journée sur le domaine skiable grâce à des offres comprenant le forfait à la journée et le transport en bus depuis Lyon. ». D’autres offres ont aussi été créées incluant le forfait de ski journée et une autre activité à prix réduit, comme une partie de bowling ou une entrée pour le parc aquatique de la station.

Les remontées mécaniques font partie intégrante du paysage des stations de sports d’hiver – Photo : Elena GILLET

Pour toucher les jeunes et leur donner envie de découvrir le ski, les stations misent de plus en plus sur les réseaux sociaux, et surtout sur Instagram : « Les jeunes sont très présents sur les réseaux sociaux, c’est donc devenu un outil-clé pour les stations. On mise sur la beauté des paysages grâce à de belles photos pour leur donner envie de venir découvrir la station. ». Outre le côté esthétique qu’offrent les réseaux sociaux, les stations les utilisent pour communiquer avec les (futurs) skieurs : « Je reçois souvent des messages pour me faire part des améliorations à apporter au domaine. C’est un bon moyen pour nous de savoir ce que veulent les skieurs et ainsi nous adapter à la demande. »

Malgré toutes ces solutions apportées par les stations, faire baisser les prix semble être le critère principal pour les jeunes. Souvent étudiants avec un petit budget, les 15 – 25 ans semblent préférer les destinations chaudes plus abordables telles que l’Espagne ou le Maroc, au détriment des vacances dans les montagnes françaises jugées trop onéreuses. S’adapter pour repenser les stations de ski, voilà le défi de nombreux domaines français pour les années à venir.

ELENA GILLET (aux Saisies)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s