Sucess story : L’influenceuse lilloise @HelloooBeauty

Clémence Bertrand, plus connue sous le nom de Hellooobeauty, est une jeune influenceuse et étudiante à Lille. C’est à travers Youtube et Instagram qu’elle partage son quotidien, son lifestyle et ses vlogs à plus de 500 000 abonnés. Avec des vidéos et photos vues plusieurs milliers de fois, elle nous parle aujourd’hui de son incroyable expérience sur les réseaux sociaux. 

Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Clémence Bertrand, je vais avoir 20 ans cette année et j’ai grandi à Charleville-Mézières. Cela fait à présent deux ans que je suis étudiante à Lille en école de commerce à l’EDHEC. A côté de mes études, je suis également une digitale influenceuse principalement présente sur Instagram et Youtube depuis quelques années. 

Photo : CLEMENCE BERTRAND (@Hellooobeauty)

Comment en es-tu arrivée là ? 

J’ai commencé par passion il y a 5 ans. À cette époque, il y avait toutes les « grosses » influenceuses comme EnjoyPhoenix ou Sananas qui m’ont donné envie de débuter dans ce milieu. Ça m’avait l’air incroyable de pouvoir partager ce que l’on aime faire à une communauté, j’ai ainsi d’abord   commencé à publier du contenu sur Instagram avant de me lancer dans la vidéo. 

Mon compte a pris petit à petit de l’ampleur, mais c’est surtout lors de mes dernières années lycée, il y a maintenant deux ans, que j’ai commencé à me faire connaitre. Je me souviens que c’était complètement fou, car le nombre d’abonnés et de vues augmentaient tout le temps, une vraie ascension ! Pendant cette période, j’étais extrêmement présente sur Youtube, je faisais de nombreuses vidéos qui ont beaucoup plu, où pour certaines, j’atteignais le million de vues. Je dirais que c’est vraiment à partir de ce moment-là que j’ai commencé à avoir de plus en plus d’opportunités et que j’ai pu développer ma carrière sur Internet. 

Justement, cette notoriété, tu l’as voulue ou c’est arrivé comme ça  ? 

Je n’ai pas tant cherché à être célèbre sur les réseaux. Si on m’avait dit un jour que j’arriverais jusqu’ici, jamais je ne l’aurais cru ! Quand j’ai commencé, je postais juste des photos sur Instagram de mes tenues où je mettais simplement en description « Top ou Flop »  : je ne m’attendais pas que ça prenne autant d’ampleur. Évidemment, quand on commence, on espère que ça va marcher, mais sans imaginer avoir des milliers d’abonnés par la suite, participer à des événements incroyables et avoir du jour au lendemain autant d’opportunités professionnelles. Du coup, non ce n’était pas quelque chose que je cherchais, car je fais ça par passion et je trouve ça quand même prétentieux, voire malhonnête de dire que l’on commence Youtube ou Instagram simplement pour être suivie. 

« C’est un domaine où la popularité peut s’arrêter du jour au lendemain et donc parfois, je suis obligée de mettre de côté Youtube »

Est-il cependant évident de suivre un cursus universitaire classique lorsque l’on a une communauté qui regroupe des milliers de personnes ? 

Même après deux ans d’étude, réussir à concilier tout ça n’est pas évident pour moi, car les deux demandent un travail considérable. Il faut savoir que j’ai choisi mon école, mais c’est mes parents qui payent mes frais de scolarité, car je ne suis pas totalement indépendante. Je ne peux donc pas me permettre de délaisser mes études et je n’ai surtout aucune envie de ruiner mon parcours scolaire en misant tout sur les réseaux sociaux. C’est un domaine où la popularité peut s’arrêter du jour au lendemain et donc parfois, je suis obligée de mettre de côté Youtube pour me concentrer sur mes études qui peuvent me prendre beaucoup de mon temps. Je me rends bien compte que j’ai la chance d’être dans une bonne école donc il me paraît évident de m’investir au maximum dans mes études. 

Cependant, même si c’est compliqué de tout faire, mon agence « Studio71 » m’aide grandement sur certaines taches. Ils vont notamment s’occuper de me transférer les propositions d’opérations, ils vont prendre de mes nouvelles et vont représenter un véritable soutien pour moi. 

Aujourd’hui peux-tu vivre d’Instagram et Youtube ?

Ça peut tout à fait être un métier, beaucoup d’influenceurs arrivent à vivre de ça aujourd’hui. À mon stade, je ne peux pas dire que c’est un métier et que cela suffit pour payer mon loyer et mon école. Je gagne quand même de l’argent que j’aime bien mettre de côté pour plus tard. Ça me permet aussi de me faire plaisir. Il faudrait que je sois beaucoup plus active pour que ça devienne un véritable métier pour en vivre, mais ça reste tout de même possible.

Donc, qu’est-ce qui a changé pour toi d’être aussi suivie ? 

La première chose, c’est que le fait de pouvoir exprimer librement ma passion à ma communauté et d’être aussi soutenue m’a permis d’avoir plus de confiance en moi tout en restant la même personne. Ma vision des choses a aussi beaucoup évolué, mais j’ai pu prendre pas mal de recul par rapport à tout ça. J’essaye un maximum de garder les pieds sur terre, car on peut être amené à gagner beaucoup d’argent pour une opération ou simplement une photo postée et quand on n’est pas habitué, c’est perturbant de toucher une aussi grosse somme pour quelque chose que l’on peut considérer comme très simple. 

Après, le fait que l’on me reconnaisse beaucoup plus dans la rue, c’est quelque chose qui a beaucoup changé ma vie. Je dois porter plus d’attention à mon apparence même si ce n’est absolument pas quelque chose qui m’obsède. Pour donner un exemple, il y a des fois comme tout le monde où je peux me trouver moche, je vais porter un jogging avec une paire de lunettes. Cette fois là, j’étais sur une aire d’autoroute et des gens m’ont reconnus. A ce moment, je me suis dit que j’aurais peut-être dû faire attention à comment je m’étais habillée. 

Ça me facilite aussi au niveau professionnel, car j’ai déjà une certaine expérience dans le digital, l’influence, le marketing ou la communication ainsi que de nombreux contacts avec les marques. C’est pas tous les jours que les entreprises voient sur un CV « digital influencer » donc d’une certaine manière, ça me permet par exemple d’avoir accès plus facilement à un stage.

Des exemples d’opportunités qui se sont ouvertes à toi ?

J’ai la chance de participer à des choses auxquelles je n’aurais pas eu accès avant notamment grâce à des collaborations qui se sont mises en place qui me permettent de vivre des expériences incroyables. J’ai comme exemple octobre dernier où je suis partie à Marrakech avec Yves-Saint-Laurent pour la sortie de leur nouveau parfum ainsi que ma participation au festival Coachella (si l’on n’avait malencontreusement pas été en confinement). J’ai de réelles opportunités qui s’offrent à moi : comme ma participation aux NRJ Music Awards, des voyages que l’on me permet de faire comme mon séjour à Stockholm en collaboration avec Daniel Wellington ou encore un autre prévu en mai avec Boohoo. 

« C’est en particulier a ce moment que je me suis rendue compte que les personnes qui me suivaient étaient réelles »

Du coup, quel est l’événement qui t’a le plus marqué depuis tes débuts ? 

Lancement du parfum Yves Saint Laurent à Marrakech
Photo : CLEMENCE BERTRAND (@Hellooobeauty)

L’événement qui m’a le plus marquée restera ma participation en 2016 à la Get Beauty qui est un salon consacré aux youtubeuses beauté, mode et lifestyle en France. On était vraiment dans la période où les gens idolâtraient les youtubeuses et c’était la première fois que je participais à ce genre d’événement. Je me rappelle lorsque je suis arrivée à ce fameux salon :  ça m’a paru tellement surréaliste que l’on fasse la queue pour me voir, d’entendre mon prénom crié de partout ou même que certaines personnes pleuraient lorsqu’elles me voyaient. C’est en particulier à ce moment-là que je me suis rendue compte que les personnes qui me suivaient étaient réelles, qu’il n’y avait pas qu’un monde virtuel entre nous ! Ce que je faisais leur  plaisait à tel point que je pouvais les impacter. C’était assurément l’un des plus beaux moments avec mes abonnés. 

L’influence que tu as est-elle généralement perçue comme un avantage dans ta vie ? Cela ne t’a jamais bloqué sur certains points ? 

J’aurais tendance à dire que de manière professionnelle, ça ne me bloque pas, même si certaines entreprises peuvent voir ça du mauvais œil. En général, c’est plus gratifiant que dégradant. Ça représenterait plutôt un point négatif dans ma vie sociale. J’ai très souvent peur que l’on me catégorise comme la youtubeuse et que l’on cherche à me connaître uniquement pour ça. Quand je suis arrivée à l’EDHEC, c’était réellement un point qui m’inquiétait, car ça allait vite se savoir dans l’école et je me rappelle que dès la première semaine où je suis arrivée, les gens commençaient déjà à parler du fait que j’étais influenceuse. Ça a pour conséquence que je peux me méfier de tout le monde et que je fais très attention à mes relations. On comprend vite que je reçois des produits gratuitement, que j’ai accès à des soirées privées où je peux être accompagnée. Il est du coup difficile de savoir quand une personne s’intéresse vraiment à moi ou si elle est là par profit et intérêt. 

On voit fréquemment sur les réseaux sociaux le phénomène des haters. En es-tu victime et comment réagis-tu face à ça ? 

J’ai la chance d’être très peu confrontée aux haters. C’est sûrement dû au fait que même si j’en recevais, je supprimerais directement, car je trouve que ce n’est absolument pas constructif : je n’y apporte donc aucun intérêt. Je pense que c’est aussi dû à ce que je publie, qui reste relativement soft et ne donne pas lieu à recevoir des critiques. Certaines filles vont, par exemple, montrer davantage leur corps sur les réseaux, et sans apporter aucun jugement car elles sont libres de publier ce qu’elle veulent, c’est quelque chose qui peut inciter plus à la haine, car le corps de la femme reste malheureusement un sujet tabou. 

Cependant, j’ai déjà eu à faire à des personnes qui souhaitaient me nuire soit en usurpant mon identité ou alors en dévoilant des informations confidentielles sur moi. Ça s’est notamment passé lorsque j’étais encore au lycée à Charleville. Un garçon que je ne connaissais pas, avait échangé avec mes abonnés pour leur transmettre l’adresse où j’habitais, sans doute par pure jalousie car je réussissais. C’était assurément une expérience très malsaine qui pour le coup m’a fait peur. Après, j’ai aussi des inquiétudes pour ma famille, car, il m’arrive de faire intervenir ma sœur ou mon père et j’espère à chaque fois qu’ils n’auront aucune insulte ou commentaire méchant, même si ça reste facilement effaçable. 

Je suis tout de même consciente qu’il y a bien pire chez certains. De mon côté, j’ai quand même rarement eu de retour méchant, de menace ou tout ce que l’on peut voir sur les réseaux. 

« On peut vite rentrer dans un cercle vicieux, il faut savoir conserver une part de vie privée »

Quels sont les défauts et les risques de ce métier 2.0 ? 

Avant tout, je pense que les défauts des influenceurs sont d’abord dans le fait qu’il faut faire très attention à ce que l’on dit lorsque l’on s’adresse à notre communauté. Il est important de peser ses mots, car sans le vouloir, on peut dire ou faire quelque chose qui blesse les gens et qui va engendrer un scandale. Après, le point crucial, c’est également de savoir garder sa vie intime, car si on médiatise trop notre environnement personnel ça peut vite se retourner contre soi. Je le vois bien en montrant par exemple certains moments avec mon copain ou encore en  tournant des vidéos avec ma petite sœur que ça spécule beaucoup lorsque je ne montre plus cet aspect-là. On peut vite rentrer dans un cercle vicieux donc il faut faire attention à qui tu montres et savoir conserver une part de vie privée en dehors des réseaux. 

Les risques concernent aussi beaucoup l’argent, ça peut très vite monter à la tête des personnes qui débutent surtout lorsque l’on n’est pas habitué. On se rend bien compte que suivant notre nombre d’abonnés, on peut gagner de grosses sommes d’argent et on peut rapidement devenir un panneau publicitaire en faisant de la publicité pour tout et n’importe quoi. Il ne faut pas oublier qu’à la base, on n’est pas là pour se faire de l’argent, et lorsque les abonnés voient que l’on donne des codes promos pour tout est rien, ils se lassent et comprennent que l’on se sert d’eux. Je mets un point d’honneur à ne pas me perdre dans ça et ne pas manipuler mes abonnés pour l’argent. 

Avec du recul, aurais-tu un conseil à donner pour une personne qui souhaite se lancer sur Instagram ? 

Photo : CLEMENCE BERTRAND (@Hellooobeauty)

L’important dans tout ça, c’est de faire ce que l’on aime. Je conseillerais de rester comme on est, de poster ce que l’on veut, sans essayer de ressembler à telle ou telle personne. Je pense que l’on est tous unique et si tu restes toi-même, sans jouer un rôle, les personnes qui s’identifieront à toi viendront naturellement. 

Quelles sont tes ambitions dans ton métier d’influenceuse ? 

J’espère sincèrement pouvoir continuer à partager ce que j’aime le plus longtemps possible. Continuer à avoir de merveilleuses opportunités qui s’offrent à moi. Dans 2/3 ans, j’aurais fini mes études, je ne sais pas où j’en serais avec Instagram et Youtube, mais je souhaite que tout ça continue, car c’est réellement quelque chose que j’aime faire. Je ne veux pas en faire mon métier, ça, c’est sûr, mais que ça reste une passion à côté que je fais avec plaisir, sans me forcer.

Au final, quelle conclusion tires-tu de toutes ces belles choses qui te sont arrivées ? 

Ce que je retiens particulièrement, c’est que, en dehors de toutes ces choses incroyables qui m’arrivent, ça m’a permis de créer une magnifique amitié que je n’aurais jamais connu si je n’avais pas été sur les réseaux. J’ai eu la chance de rencontrer l’une de mes meilleures amies, Zoé Tondut (@Justezoe), grâce à tout ça. Même si les relations sur Internet sont très risquées et que je ne rencontrerais sûrement pas beaucoup de personnes avec qui je nouerais des liens aussi fort, on peut tout de même tomber sur des personnes comme Zoé, avec qui j’ai partagé énormément de choses et dont je suis très proche aujourd’hui. 

Propos recueillis par JULES SOUCASSE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s