La note internationale – Mai 2020

L’évolution de la pandémie de coronavirus a de nouveau fait les choux gras de la presse mondiale au mois de mai. Et cela est légitime, tant ce virus change la vie de tous et de toutes. Environ 350 000 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19. Cependant, n’oublions pas que d’autres nouvelles ponctuent l’actualité de ce mois de mai. En revue, l’accusation d’agression sexuelle envers Joe Biden, l’arrestation de l’un des responsables du génocide rwandais de 1994 et la colère grandissante de la population à l’égard des crimes racistes de la police américaine. Tous les sujets n’ont pas pu être traités ce mois-ci, il s’agit d’une sélection de nouvelles dont on n’a pas beaucoup entendu parler.

Joe Biden accusé d’agression sexuelle par une ancienne assistante

Le dernier candidat démocrate restant à l’élection présidentielle américaine de novembre s’est vu accusé le 9 avril d’agression sexuelle. Tara Reade, ancienne assistante parlementaire de Biden lorsqu’il était sénateur du Delaware a annoncé il y a un an que l’homme l’avait agressée dans un couloir du Congrès en 1993. Elle a porté plainte après le dépassement du délai de prescription, comme le font de nombreuses victimes de violences sexuelles pour des « raisons de sécurité. » Il venait de se déclarer candidat à la présidentielle, et s’est contenté de démentir via un communiqué.

Ces dernières semaines, l’affaire s’est accélérée puisque Tara Reade a apporté des précisions concernant son agression, évoquant un plaquage contre le mur suivi d’un viol. Selon le New York Times, une amie de Reade lui aurait détaillé l’agression peu après les faits, et une autre amie lui aurait évoqué un « événement traumatisant d’ordre sexuel impliquant M. Biden. » De plus, une ancienne voisine de Reade a déclaré qu’elle lui en avait parlé au milieu des années 1990 selon Business Insider. Cependant, d’autres anciens collaborateurs de Biden, des collègues de Reade, n’en ont pas entendu parler.

Cette affaire ternit la campagne présidentielle de Biden, dans le sens où il s’est engagé à choisir une femme comme vice-présidente s’il était élu. Il est taxé d’hypocrisie, lui qui est à l’origine de plusieurs lois de lutte contre les violences faites aux femmes. L’évocation de ce thème durant sa campagne devenait inaudible. Il s’est donc prononcé sur la chaîne de télévision MSNBC, affirmant qu’il n’a « rien à cacher », martelant que les accusations de Reade « ne sont pas vraies. » S’il s’avère que les accusations soient davantage prouvées, cela compromettrait la campagne du candidat démocrate. En revanche, cela ne l’empêcherait pas d’être élu, Donald Trump en est la preuve. L’actuel président des Etats-Unis est accusé d’une douzaine d’agressions sexuelles.


Tara Reade accuse Joe Biden d’agression sexuelle. GETTY/TWITTER/LATESTLY

USA : mourir à cause de sa couleur de peau

Ahmaud Arbery, tué car il faisait un jogging

Il s’appelait Ahmaud Arbery et il avait 23 ans. Il est une énième victime du racisme et de la libre circulation des armes aux Etats-Unis. En février dernier, on apprend que cet homme a été abattu par deux individus (blancs) qui clament la légitime défense. Ahmaud aurait été un cambrioleur récurrent du quartier, légitimant selon les agresseurs de mettre fin à ses jours. Mais un passant avait filmé la scène. Elle n’est sortie que ce mois-ci, et démonte la thèse de la légitime défense. On y voit plutôt un homme, fusil à la main, s’en prenant à Amhaud et finalement lui tirant dessus à bout portant.

A la suite de ces images, une vague d’indignation a déferlé au sein de la communauté afro-américaine d’abord, puis dans toute la société. Le candidat démocrate à l’élection présidentielle Joe Biden a également évoqué une grave injustice. Nombreuses sont les personnes à avoir réagi à l’affaire, un hashtag est né sur les réseaux sociaux, donnant un écho particulier à un événement devenu tristement habituel dans la première puissance mondiale. La vidéo aura au moins permis de lancer une enquête envers les deux meurtriers, ce qui n’avait pas été fait avant.

Ahmaud Arbery's alleged killer was neighborhood vigilante ...
Ahmaud Arbery à droite, ainsi que son meurtrier Greg Mc Michael, à gauche. NYPOST.

George Floyd, la victime du racisme dans la police qui enflamme les Etats-Unis

Un autre meurtre raciste a eu lieu en mai à Minneapolis, celui de George Floyd. L’homme d’une quarantaine d’années s’est vu plaquer au sol, genou contre la nuque. La raison aurait été une ivresse sur la voie publique. Cette technique d’interpellation interdite l’a empêché de respirer pendant plusieurs minutes, et malgré la venue d’une ambulance pour l’amener à l’hôpital, George Floyd a succombé à ses blessures quelques heures plus tard. Voilà donc ce que c’est d’être noir aux Etats-Unis aujourd’hui. L’avocat de la famille de George Floyd, Benjamin Crump, qui est aussi celui des proches d’Ahmaud Arbery, a évoqué un usage « abusif, excessif et inhumain de la force. »

La réaction de la population ne s’est pas faite attendre. La ville de Minneapolis a littéralement pris feu en protestation à cet énième acte raciste. De nombreuses personnes de la communauté afro-américaine, mais aussi tous ceux et toutes celles qui refusent de rester attentiste face à ces meurtres sont sorties plusieurs soirs d’affilée afin de montrer leur colère. Le journaliste Omar Jimenez couvrait en direct l’une des nuits de contestation lorsqu’il s’est fait arrêter par la police, devant la caméra. Sans raison claire. Sans faire d’analogie, ce comportement policier rappelle l’usage de la force en France depuis 2018.


Mouvement de protestation après la mort de George Floyd, devant un fast-food en feu de Minneapolis dans la nuit de jeudi à vendredi. Photo John MINCHILLO. AP

Un responsable du génocide rwandais arrêté à Paris

C’est un événement important dans l’histoire du génocide rwandais. Félicien Kabuga, connu pour être le financier du génocide rwandais a été arrêté en région parisienne après 20 ans de cavale. Pour rappel, ce génocide aurait causé la mort de 800 000 personnes considérées comme appartenant à l’ethnie Tutsi entre avril et juillet 1994. Proche du parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement, il fut l’instigateur du Fonds de défense national qui a permis d’acheter des armes pour les milices hutu à l’origine du génocide. Il était en outre l’un des rouages les plus importants du pouvoir en place à l’époque. Concrètement, il avait la tâche d’organiser des réunions avec « de nombreux hommes d’affaires […] à l’effet de collecter des fonds pour l’achat d’armes » d’après le Tribunal international pour le Rwanda. Kabuga était également haut placé dans la direction de la Radio-télévision libre des mille collines, l’organe de propagande de l’idéologie hutu extrémiste. Il aurait même supervisé des massacres dans le nord-ouest du pays.

L’histoire de sa cavale est rocambolesque. Depuis 1997, il a échappé à l’arrestation alors qu’il s’est notamment réfugié en Suisse, en République Démocratique du Congo et au Kenya. Kabuga a pendant 20 ans acheté sa protection grâce aux relations personnelles dont il disposait.

Forbes/ Evelyn Hockstein/KRT/Newscom

750 milliards d’euros pour relancer l’Union Européenne

La pandémie de coronavirus et l’impératif de confinement de la population ont engendré un véritable crash économique. En cela, la proposition de la Commission Européenne visant à créer un trésor européen permettra dans les prochains mois aux Vingt-Sept de mutualiser leurs dettes, et donc, d’injecter un « fonds de relance » de 750 milliards. Dans le détail, ce seront 500 milliards de subventions directes que le budget européen remboursera et 250 milliards de prêts. L’objectif est clair : reconstruire les Etats membres après le désastre sanitaire, humain, et économique de la pandémie du coronavirus.

Ce qui est notable dans cette décision est qu’elle aurait été impensable il y a deux mois. Dans les faits, il s’agit d’un pas important vers le fédéralisme dans la mesure où la mutualisation partielle des dettes soulagera les comptes publics nationaux. L’initiative est franco-allemande, ce qui renforce encore plus l’idée d’un tandem qui guiderait les Vingt-Sept. Certains commentateurs comparent ce moment au passage des Etats-Unis d’une confédération à une fédération en instaurant une dette fédérale. Cette proposition est certes temporaire, mais il semble opportun d’estimer que les pays membres auront besoin de la mutualisation des dettes dans le futur. En effet, la dernière crise économique a engendré la création du Fonds européen de stabilité financière en 2010, qui s’est maintenu en adoptant le nom de Mécanisme européen de stabilité.

Cette initiative arrive comme un pied de nez envers celles et ceux qui estiment que les Etats et l’Union n’ont pas à intervenir dans l’économie. Certains membres de la Commission vont même jusqu’à envisager une révolution fédéraliste dans le futur, l’idée d’un budget européen indépendant des Etats. Nous vivons une période unique, tant sur le plan économique que social. Des oppositions se sont faites entendre, notamment de la part de Jean-Luc Mélenchon, tête de file de la France Insoumise. Il dénonce un renoncement de la France à sa souveraineté sur sa dette. Par ailleurs, il réclame une sortie de la politique des traités, où ni les peuples ni le Parlement ne décident.

Pouvons-nous envisager de nous reconstruire sans créer une alliance européenne forte ? Elle permettrait d’amortir les difficultés économiques de chaque pays en favorisant bien plus une économie commune, sans parler du combat contre le réchauffement climatique. Tout cela est possible, à condition que les Etats acceptent de déléguer une partie de leur souveraineté. Mais cela doit être fait justement et démocratiquement.

MARTIN NOËL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s