ONG et milieu associatif : être jeune et agir

En France, plus d’un jeune sur trois donne bénévolement et librement de son temps au sein d’une association ou d’une organisation. Avec l’accroissement des inégalités et une meilleure accessibilité aux actions humanitaires, les occasions de venir en aide aux plus démunis ne manquent pas. La mobilisation des jeunes étant importante, beaucoup d’organisations en ont fait des éléments moteurs. Alice Roignan, responsable de l’Antenne Jeune d’Amnesty International de Lille, nous livre son témoignage. Pour vous, Cube est parti à la découverte des organisations non gouvernementales aux ambitions internationales qui donnent un rôle important aux jeunes. 

Une différence entre le bénévolat et le volontariat

Il nous faut d’abord préciser les termes utilisés. Il existe à travers le monde de nombreuses actions humanitaires basées sur le volontariat ou le bénévolat. Pourtant, bien que ces termes nous renvoient à l’idée de proposer son aide, ceux-ci ont des sens légèrement différents. Le bénévolat se traduit par un engagement partiel sur son temps libre et sans indemnités tandis que le volontariat est plutôt utilisé pour parler d’une action de solidarité internationale avec une indemnité. Ainsi, le bénévolat est davantage local.

Beaucoup de programmes de volontariat sont proposés par les Nations Unies et encadrés par des organisations non gouvernementales (ONG) telle que l’UNICEF. Même si ces ONG ont une volonté internationale, elles proposent des antennes plus locales afin de sensibiliser la population. Ces antennes se traduisent ainsi par du bénévolat. Les jeunes adolescents et jeunes adultes sont particulièrement prisés par celles-ci puisqu’ils regroupent souvent un cercle social plus ou moins étendu (école, activités extra-scolaires, réseaux sociaux…) et possèdent davantage de temps que leurs ainés.

Les Nations Unies au coeur de l’engagement

Le programme Volontaire des Nations-Unies (VNU) a été créé en 1971 et s’est développé au début des années 1990. Ce programme est ouvert aux jeunes de 18 à 29 ans et propose des missions indemnisées allant de 6 à 24 mois à l’étranger mais aussi dans le pays natal du volontaire. Administré par le programme des Nations Unies au développement (PNUD), il offre la possibilité aux jeunes d’apporter leur aide en fonction de leurs compétences professionnelles et leurs niveaux de diplôme. La crise sanitaire mondiale liée au Covid-19 a permis le développement du volontariat en ligne. Celui-ci peut consister à la traduction de rapport ou à la tenue de cours à des enfants en manque de moyen scolaire via vidéo-conférence. 

L’engagement n’est pas réservé aux jeunes adultes. En effet, le programme des Jeunes Ambassadeurs l’UNICEF offre la possibilité aux adolescents de représenter l’organisation au sein de leurs établissements scolaires ou de leurs clubs. Le but étant de sensibiliser un maximum la population aux enjeux auxquels font face des millions d’enfants à travers le monde. Cette association ayant pour but de défendre les droits de l’enfant, il est intéressant de voir des jeunes se mobiliser pour des jeunes. De ce fait, l’UNICEF permet une intervention plus locale des acteurs. Ils sont alors bénévoles. Nous pouvons retrouver chaque année des actions phares comme la Nuit de l’Eau qui a pour but de sensibiliser sur la difficulté d’accès à l’eau dans certaines régions du monde. 

photo prise sur le compte instagram @unicef.st_remi
Un engagement français et européen

Le service volontaire européen permet aux personnes âgées de 17 à 30 ans de partir en mission humanitaire à l’étranger. Celui-ci offre un accompagnement individualisé pour aider à développer des actions et à préparer le retour du volontaire une fois sa mission terminée. 

En France, nous retrouvons de nombreuses associations d’organismes. Aujourd’hui, découvrons la Croix-Rouge française. Le programme de la Croix-Rouge proposé aux jeunes s’articule autour des mêmes objectifs que ceux de l’organisme pilote : lutter contre toutes les formes de précarité et de souffrances. Dès 16 ans, en fonction des disponibilités et de l’action demandée, un jeune peut s’engager. Vouloir porter secours et sauver des vies, c’est une volonté qui n’a pas d’âge. Plus récemment, l’association d’aide humanitaire a lancé un nouveau programme « initiatives Red Touch » qui propose aux jeunes âgés de 13 à 20 ans un accompagnement afin de bénéficier d’une aide financière et méthodologique pour monter un projet. 

Par ailleurs, mener une mission pour la Croix – Rouge ou un programme européen peut se faire par l’intermédiaire du Service Civique français qui propose des engagements sur plusieurs mois à durée variable pour les jeunes de 16 à 25 ans. 

Zoom sur l’Antenne Jeune lilloise d’Amnesty International : Alice Roignan nous livre son témoignage

Être jeune et vouloir agir n’est pas toujours chose facile. Pourtant, Alice Roignan étudiante à l’Université de Lille a su mobiliser son entourage pour promouvoir et faire respecter les droits humains à travers l’Antenne Jeune d’Amnesty International qui regroupe des jeunes de moins de 25 ans. 

Amnesty International est un mouvement mondial rassemblant plus de 7 millions de personnes dont 300 groupes de militants sont répartis sur le territoire français comme l’antenne jeune de Lille. 

photo prise par l’Antenne Jeune Lilloise d’Amnesty International

Pour Alice, ce n’était pas une volonté active de s’engager mais en se retrouvant à une réunion de l’antenne jeune, l’envie de prendre part au mouvement a grandit. Reprenant le flambeau en tant que co-responsable afin d’assurer la coordination avec le groupe local regroupant les militants de plus de 25 ans, elle a permis de soutenir activement les actions menées par Amnesty. 

Bénéficier du soutien de la jeunesse dans les actions permet aux grandes organisations d’avoir une forme de renouveau et de pouvoir sensibiliser sur tous les fronts, notamment via les réseaux sociaux. 

L’une des actions phares d’Amnesty International s’intitule les « 10 jours pour signer ». Cette action relayée par tous les groupes militants d’Amnesty à travers le monde a pour but d’apporter un soutien à dix personnes se trouvant en grande précarité ou en danger. Pour ce faire, les militants se divisent en petits groupes afin de réunir le plus de signatures possible lors d’une campagne de pétitions massives. Chaque jour est dédié à une personnalité. L’objectif consiste à réclamer justice pour des personnes dont les droits humains auraient été fortement bafoués, selon l’organisation.

photo prise par l’Antenne Jeune Lilloise d’Amnesty International

Ainsi, la jeunesse a son propre rôle à jouer dans un monde où les inégalités ne font que croître. Utiliser son temps pour faire entendre la voix de ceux qui ne peuvent pas être écoutés semble être au cœur d’une prise de conscience chez les jeunes à travers le monde, et ça, les organismes non gouvernementaux et associations l’ont bien compris. Ouvrir la porte à une jeunesse avide d’humanité donne de l’espoir dans un contexte social, politique et environnemental de plus en plus incertain. 

SARAH HERENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s