Rendez-vous en terre ASMR

C’est une partie de Youtube réservée aux initiés. Loin des vidéos gaming et des tutos beauté. Elle fut très souvent moquée et décrite comme une tendance éphémère très curieuse, très souvent rapportée aux simples vidéos dégustations. Mais ces dernières années, la montée en puissance des vidéos dites « ASMR » est venue contrecarrer les doutes de ses détracteurs, pour s’imposer comme un milieu influent sur la plateforme. 

Lorsque l’on saisit l’acronyme ASMR dans la barre de recherche, les vidéos abondent. Certaines culminent à des millions de vues, d’autres comptabilisent des milliers de commentaires bienveillants. Qu’elles durent plus de trois heures ou une vingtaine de minutes, ces vidéos ont pour but de produire une sensation de relaxation intense, grâce à la technique du « Autonomous Sensory Meridian Response » (pour AMSR). Il s’agit de jouer avec les sens, principalement l’ouïe et la vue, afin de déclencher chez l’intéressé des sensations de picotements et une profonde relaxation. 

« L’ASMR a véritablement le pouvoir d’aider.»

Amélie, de la chaîne YouTube « Rendez-vous AMSR »

Cette pratique, directement issue d’outre-Atlantique, est au fur et à mesure des années parvenue à s’imposer en France, non sans quelques regards réticents et des a priori ancrés. Amélie, sous le pseudonyme « Rendez-vous AMSR » sur Youtube, s’est lancée dans cet exercice de relaxation il y a bientôt 4 ans. Au rythme d’une vidéo par semaine, ce qui représente l’équivalent de 20 heures de travail, elle s’est inspirée à ses débuts des vidéos américaines, pour ensuite trouver sa propre voie. Alors qu’elle compte à présent plus de 250 000 abonnés, ses premiers pas se sont déroulés dans ce qui était perçu à l’époque comme « une niche », avant de se démocratiser. 

Amélie compte plus de 250 000 abonnés sur Youtube – Photo : DR

Afin de procurer cette sensation de bien-être recherché par tous ses abonnés, Amélie doit sans cesse renouveler ses « triggers », un stimulus visuel ou auditif à l’origine de cette sensation si particulière liée à l’ASMR. Elle écume les petites boutiques et les brocantes, en tapotant sur les objets, à la recherche de ce son bien spécifique. Amélie s’inspire également des situations de la vie courante et de sa vie quotidienne pour créer son contenu : « Un jour, dans un magasin, j’ai observé un vendeur plier des vêtements, et j’ai trouvé ça directement hyper relaxant. »  C’est notamment ce type de vidéos, ancrées dans la vie de tous les jours à travers des moments vécus par tous, qui connaissent le plus grand succès. « Les sensations de l’ASMR de la vie réelle sont toujours décuplées dans les vidéos » nous explique Amélie, qui laisse libre cours à son imagination lors de la création de ces « petites scènes de théâtre. »

Fanny, qui a découvert l’AMSR il y a environ deux ans, s’est laissée séduire par ces mises en scène. « J’ai tout de suite été conquise par ce côté satisfaisant et surtout par la variété du contenu proposé. Je peux m’endormir en écoutant quelqu’un me chuchotant une histoire, brossant ses cheveux ou encore m’évader en visionnant un role play. Les asmrtistes sont fascinants de créativité : il m’est arrivé d’embarquer à bord du Faucon Millenium, de me préparer pour aller à un bal au 19e siècle et parfois même d’apprendre une langue, le tout en m’endormant. Depuis ma première expérience ASMR, je n’ai jamais arrêté, il ne se passe pas une semaine sans que je lance une vidéo. »

Exemples de « triggers » utilisés par Amélie, « Rendez-vous ASMR » sur Youtube – Photo : DR

En dehors de l’aspect auditif, cette youtubeuse nous précise que l’aspect visuel prend également une grande place au sein des vidéos ASMR. « Quand le visuel est combiné au son, tout prend une tournure plus réaliste et se rapproche des moments ASMR que l’on peut vivre dans la vie de tous les jours. Cela créé un contact et une intimité avec la personne. » Le lien entre Amélie et sa communauté est donc spécifique à l’ASMR, qui la rend plus accessible, plus réelle. 

La communauté gravitant autour de ce type de vidéos n’est alors que le reflet de l’esprit ASMR. Loin des haters et des commentaires négatifs, les abonnés d’Amélie ne jurent que par la bienveillance. « Même si l’ASMR peut être moqué d’un point de vue extérieur ; de l’intérieur, les commentaires ne sont que positifs. Et cela est très spécifique à l’AMSR. » Même au sein du cercle des AMSRiste, la concurrence, certes parfois présente, ne conduit pas à des conduites malsaines. « C’est le bon coin de Youtube, une sorte de petite bulle. »

« Les soucis de côté le temps d’une vidéo, le plein de bien-être. On s’engouffre dans ces vidéos en oubliant le stress omniprésent. »

Laura, adepte des vidéos ASMR

Au sein de cette petite bulle, Amélie reçoit chaque jour de nombreux messages, qui attestent de l’effet bénéfique de l’ASMR sur les troubles du sommeil, l’anxiété ou encore le stress. C’est à travers ces nombreux témoignages qu’elle réalise que « l’ASMR a véritablement le pouvoir d’aider. » Laura, étudiante de 21 ans, est maintenant une adepte de ce type de vidéos. « J’ai découvert l’AMSR après les conseils d’un ami. Au début, j’étais sceptique. Ces petits bruits de bouche, ça me faisait rire plus qu’autre chose. Et puis j’ai commencé à en écouter un soir d’insomnie… et quelle surprise ! Je me suis endormie en 5 minutes sans me souvenir de la suite de la vidéo au réveil. Les soucis de côté le temps d’une vidéo, le plein de bien-être. On s’engouffre dans ces vidéos en oubliant le stress omniprésent. »

Un des visuels créés par Amélie pour l’une de ses vidéos.

Les bienfaits de l’ASMR sont ainsi d’autant plus recherchés par les internautes durant cette crise sanitaire et les conséquences psychiques qu’elle entraîne. Depuis mars 2020, oscillant entre confinement, couvre-feu et incertitudes, la souffrance psychologique des français a provoqué une autre pandémie, certes latente, mais tout aussi dévastatrice. D’après une récente étude publiée par Santé Publique France, au 28 janvier 2021, 29% des sondés présentent un état anxieux ou dépressif, et 67% des personnes interrogées se disent sujettes à des troubles du sommeil. La santé mentale des 18-24 ans est notamment jugée très préoccupante. C’est alors au cours du premier confinement qu’Amélie remarque une hausse de vues sur certaines de ses vidéos. « Je pense que pour beaucoup de personnes, l’ASMR a rendu les choses plus faciles et a rendu le temps moins long » explique la créatrice. C’est notamment le cas pour Flo, étudiante de 20 ans, qui a découvert l’AMSR récemment : « j’aimais bien pendant un moment, surtout pendant le second confinement de novembre, je trouve ça reposant et notamment pour tout ce qui est tapping. » Son péché mignon : « le bruit sur les claviers d’ordinateurs ». 

Même si certains ne parviennent pas à ressentir ce sentiment de frisson, comme c’est le cas pour Fanny, l’expérience n’en reste pas moins relaxante, selon cette dernière. « L’ASMR m’apporte d’autres choses, cela me permet de me concentrer quand je travaille, de faire baisser mon rythme cardiaque quand il est trop rapide, de diminuer mon stress ou encore de me détendre suffisamment pour dormir. »

Les miniatures des vidéos, elles aussi, appellent à la douceur et à la relaxation – Photo : DR

La personnalité bienveillante d’Amélie et sa capacité à rassurer les autres se ressentent donc à la caméra, et au micro. Elle met surtout en avant son attitude positive, car « on ne peut pas faire de l’ASMR en se plaignant » plaisante-t-elle, tout en restant spontanée. C’est sans doute cet optimisme et cette aptitude à apaiser les esprits, plus que troublés dans cette période inédite, qui font et qui continueront de faire le succès des vidéos ASMR. 

COPPELIA PICCOLO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s