50 ans de Greenpeace : Où en est-on sur la question environnementale ?

En septembre 2021, l’Organisation non gouvernementale Greenpeace célébrait ses 50 ans. Fondée en 1971 par Jim Bohlen et Irvin Stowe, sous le nom de Don’t Make a Wave Committee, elle s’élevait contre les essais nucléaires états-uniens engendrant des risques de nuage nucléaire et de tsunami. Devenue Greenpeace, l’organisation lutte maintenant contre les plus grandes menaces de l’environnement et de la biodiversité sur Terre. Après 50 ans d’existence et de lutte sur la question environnementale, où en est-on ? 

Je suis allée à la rencontre de Doriane. A, 33 ans, militante Greenpeace depuis 2015, référente en matière de climat. 

« Dès mes 18 ans, j’ai été bénévole dans diverses associations humanitaires, j’aimais déjà beaucoup militer. Ensuite je suis partie à l’étranger […] Quand je suis rentrée à Paris en 2015, l’année de la Cop 21 sur le climat, j’ai décidé de m’investir plus, j’ai rejoint le groupe locale GP (Greenpeace) à Paris. »

Être militant(e) À greenpeace

Être militant(e) à Greenpeace, c’est participer à des réunions mensuelles, aborder des possibilités d’actions proposées par l’organisation à l’échelle nationale ou locale. 

Loin de l’opinion générale de la manifestation brutale, les actions de Greenpeace sont ludiques : stand, activités pédagogiques, collage d’affiches, cinéma documentaire. Les activités suivent un « principe de non-violence », une valeur fondamentale de l’ONG,  même si certaines, qualifiées de « désobéissance civile », consistent à faire des blocages d’entreprises. Cela avait été le cas en 2019 contre Total et la Société Générale (2000 personnes rassemblées). La violence réciproque varie en fonction du contexte et du lieu.

« Je ne me sens pas menacée dans mon intégrité physique, mais à cause des mesures anti-terroristes, les réseaux de militants sont de plus en plus surveillés et assignés à résidence », confie Doriane.

Que se soit à l’échelle nationale, européenne ou mondiale, « il y a très peu de conventions de la Cop21 respectées, de même pour la convention citoyenne pour le climat, ce sont des effets de communication, ça ne suffit pas », rétorque la militante.

La décision de Greenpeace d’attaquer l’État en justice fait alors écho aux propos de la militante. Via L’affaire du Siècle, il s’agit donc, selon la rapporteuse publique du tribunal administratif de Paris, de « prendre toutes les mesures nécessaires » contre ce « préjudice écologique », d’après Le Monde

À l’échelle mondiale, les pays émergents qui cherchent à s’industrialiser ne prendraient pas en compte l’impact sur le climat. Les pays déjà industrialisés devraient, quant à eux, se montrer exemplaire en matière d’environnement. Mais « ce n’est pas le cas », souligne Doriane. A. 

Malgré ce manque d’action, il y a toujours un espoir selon la militante : « L’effondrement de la Terre, c’est un cycle : c’est l’effondrement d’un monde. Malheureusement, on doit passer par là pour s’en rendre compte. Mais il y a quelque chose de positif qui en ressortira. » 

Pour ralentir ce processus, la manière dont nous consommons est une première action individuelle : l’origine des produits, la consommation énergétique, les modes de déplacement… « Ce n’est pas seulement les actions des citoyens qui sont nécessaires, mais surtout celles des entreprises. C’est pourquoi nous militons. »

L’environnement, les jeunes et la politique

De manière générale, la nouvelle génération se sent plus impliquée sur ces questions environnementales, car elle en ressent les effets : « C’est admirable par rapport aux hommes politiques d’aujourd’hui ». 

Photo : MANON DUFOUR

Ces derniers temps, la question écologique est au cœur de l’actualité politique nationale et internationale, notamment sur les sujets d’énergie et de gouvernance.

La France est le pays avec le plus faible impact carbone dans l’UE ; cependant, il est le pays le plus nucléarisé au monde (en civil et militaire). « Cela apporte son lot d’enjeux d’insécurité car les centrales vieillissent et atteignent leur âge maximal de vie, fixé à 40 ans. Il y a du retard dans la construction de nouveaux réacteurs, ainsi que des problèmes sur les nouveaux chantiers. C’est un fiasco ! », lance la jeune femme. Les risques d’accidents sont aussi plus nombreux, et concernent aussi les pays limitrophes de la France. Enfin, ce mode d’énergie, bien que sans déchet carbone, produit des tonnes de déchets nucléaire, que la France suggère d’enterrer à Bure (55). 

Face à ce problème, l’Allemagne réagit à l’inverse de la France, et souhaite dorénavant arrêter la production d’énergie nucléaire. Bien que le charbon se présente comme le substitutif idéal et facile, « la part de l’énergie renouvelable est supérieur à la France », nous précise la militante Greenpeace.

La question environnementale est aussi au cœur des élections législatives allemandes et l’élection présidentielle française. En Allemagne, le système étatique « amène le parti écologiste à avoir un poids plus important ». Plusieurs coalitions se sont créées dans le pays, et les Verts se sont souvent retrouvés au pouvoir. En France, le parti Europe Ecologie les Verts (EELV) rassemble petit à petit de plus en plus de voix. « Les Français ont peur de la radicalité écologique », conclut Doriane, ce qui explique selon elle la victoire de Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau.

« L’élection présidentielle est un futur sujet d’action de Greenpeace. Le mode gouvernemental très présidentiel en France est à changer », souligne la militante de l’association.

L’anniversaire de Greenpeace

Depuis 50 ans, Greenpeace a œuvré au niveau communal, local, national et même mondial. Les actions et les revendications ont été et sont encore de grandes ampleurs. Greenpeace est une association importante qui «doit exister et qui continuera d’agir», m’assure Doriane. A. 

Annaëlle GOUPIL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s