Graines de voyageurs : à la rencontre des jeunes boursières Zellidja

Tu as entre 16 et 20 ans ? Voyage ! Le principe de l’association Zellidja est très simple : offrir une opportunité aux jeunes de voyager en leur accordant une bourse d’un montant qui s’élève jusqu’à 900€ pour un premier voyage. Mais attention, pas n’importe quel voyage : partir grâce avec Zellidja, c’est s’engager à partir seul.e, pendant un mois minimum, en dépensant le moins d’argent possible. C’est aussi s’engager à partir autour d’un projet d’étude, un axe de découverte que tu choisis toi-même. Une passion pour l’architecture gréco-romaine ? Un sport qui te fait vibrer ? Une culture qui t’intrigue ? Vite, prépare ta valise et viens poursuivre tes rêves avec l’association Zellidja ! 

Rencontre avec deux voyageuses lilloises parties l’été dernier grâce à l’association Zellidja. Elles nous racontent leur expérience singulière, mais aussi la préparation de leur voyage en amont.

I L O N A ,  1 9 A N S

« Mon arrivée son l’Arc de Triomphe d’Orange! » – Photo: Ilona MOREL

SON PROJET

Après avoir entendu parler de l’association Zellidja par une ancienne voyageuse, Ilona a créé un projet intitulé : « A la recherche de l’art perdu. » En quête de formes d’art aussi diverses que variées, elle a vagabondé dans les rues du sud de la France, guidée par les musées et les zones de street art.

LE BOLIDE

La particularité de son voyage ? Ilona s’est servie uniquement de ses rollers pour se déplacer de ville en ville. Pour réaliser ce concept atypique, il lui fallait un chariot pour transporter ses affaires. Elle a simplement sorti ses crayons et ses feutres, avant de le construire de toute pièce avec son grand-père. Utilisant comme châssis un fauteuil roulant, la réalisation du Bolide a été très amusante et lui a permis, une fois en voyage, de faire de nombreuses rencontres sous le regard intrigué des passants.

« Ce sont les premiers croquis du Bolide. J’avais pleins de choses à penser, comme l’aérodynamisme, la place de la trappe, ect. » Photo: Ilona MOREL

 » Voyager en roller était pour moi un symbole de liberté : pas besoin de courir après un train et d’être contrainte à cause d’horaires stressants. Je voulais voyager par mes propres moyens, comme je le voulais, quand je voulais et au rythme que je voulais. « 

PENDANT LE VOYAGE

Afin de se loger, l’aventurière Z a effectué du camping plus ou moins sauvage et a dormi chez l’habitant. Cela lui a d’ailleurs permis de faire de magnifiques rencontres, comme celle d’un couple avignonnais chez qui elle a dormi deux soirs. Pour ce qui est de la nourriture, Ilona se débrouillait en faisant les marchés ou en récupérant les invendus dans les boulangeries.

« Être bizarre attire les gens, c’est indéniable! » – Photo: Ilona MOREL

SE REDÉCOUVRIR

« Les aventures Z sont l’occasion de se dépasser et de surmonter sa timidité » comme l’a indiqué Ilona. Le fait de voyager seule lui a permis de surmonter sa peur du regard des autres et d’améliorer sa confiance en soi. C’est l’occasion de repousser ses limites et d’aller toujours plus loin. Initialement Ilona avait prévu de parcourir 270 km mais au grès de ses rencontres elle a été amenée à faire 470 km. Un challenge plus que réussi pour elle !

UN DERNIER CONSEIL POUR LA ROUTE

 » Foncez ! Foncez pour n’avoir aucun regret ! Après avoir vécu une telle aventure on ne peut qu’encourager les autres jeunes à partir et à vivre eux aussi de merveilleux moments. « 

L A U R E N T I A ,  2 0 A N S

Photo: Laurentia

SON PROJET

Suite à sa rencontre avec un photographe qui avait voyagé en Inde, Laurentia a à son tour décidé de se lancer dans l’aventure. Son projet initial consistait à trouver des traces de la colonisation anglaise en Irlande. Cependant, à cause de la situation sanitaire, Laurentia a été contrainte de changer de cap pour l’île de Malte, ce qui ne l’a pas empêché de vivre une expérience unique.

SOLITUDE

Lors de ses premiers jours à Malte, la solitude a été un certain fardeau. En plus de la barrière de la langue, elle ne connaissait personne là-bas qui pouvait l’orienter dans son projet. Cependant, elle a su rebondir avec une ingénieuse idée : elle s’est trouvée un petit boulot comme maître-sauveteur. A partir de là, elle a rencontré beaucoup de personnes qui lui ont permis de passer une riche aventure sur l’île. 

SE REDÉCOUVRIR

Le voyage l’a vraiment forcée à sortir de sa zone de confort afin de réaliser son enquête. C’est avec une grande fierté qu’elle ressort de son périple, grandie. 

« Avant, je pensais que j’étais quelqu’un de très timide, mais rien que le fait d’être partie seule un mois à l’étranger, je me suis dit que tout le monde n’était pas forcément capable de le faire. Ce voyage m’a beaucoup ouverte aux autres, et j’ai trouvé ça super cool d’aller à la rencontre des gens et de ne pas être fermée sur soi-même. »

Photo: Laurentia

UN DERNIER CONSEIL POUR LA ROUTE

« Je trouve que c’est une belle aventure à vivre, et qu’il faut en profiter tant qu’on est jeune. En plus, grâce à Zellidja, on a les moyens de les faire, on n’a pas de vraie barrière financière. »

Si toi aussi tu veux partir à l’aventure dans le pays de ton choix avec l’association Zellidja, n’hésite pas à te renseigner sur le site https://www.zellidja.com qui te permettra de connaître les modalités pour partir.

MOREL ILONA ET LAURENTIA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s